Sélectionner une page

 

Le concours E-FASHION AWARDS est un concours de mode dédié aux jeunes créateurs. Depuis 10 ans, il révèle et récompense des talents designers qui affirment et présentent leur vision de la mode à travers des créations originales. C’est à La Caserne, que Modart international a décidé d’organiser ce concours de mode écoresponsable, un incubateur de jeunes créateurs de mode durable. Cette année Camelia Barbachi remporte le concours grâce sa marque franco-tunisienne « Chez nous » : une marque qui célèbre le multiculturalisme, à travers des vêtements fabriqués de façon éthique, entre le Nord de la France et la Tunisie. Camélia s’inspire de ses racines tunisiennes et de son rapport à l’identité pour proposer un univers éclectique s’incorporant dans le vestiaire mixte.

Une marque qui réinvente votre garde-robe

« Chez Nous ». valorise la diversité et l’inclusivité, grâce à une collection mixte, adapté à toutes les morphologies. Blouse, tee-shirt ou encore bob, la collection est confectionnée avec des matières durables comme le coton bio ou le lyocell.  La marque réinventer une garde-robe avec grâce à des silhouettes décontractées et élégantes naviguant entre le traditionnel et le contemporain.

La marque collabore avec un atelier d’insertion professionnelle dans le Nord de la France, mais également avec un atelier situé qui bénéficie de certifications garantissant des conditions de travail et des salaires justes, ainsi que le respect de l’environnement. À travers sa marque Camélia a « envie de devenir actrice du changement et proposer une alternative plus juste à l’offre existante. »

C’est grâce à ces qualités que la marque de Camelia Barbachi s’est faite remarquer lors de la cérémonie des E-Fashion Awards en remportant le prix du jury. Lors du concours, la marque de Camelia Barbachi s’est également faite repérer par L’Exception : un concept store dédié à la création française et internationale.

« Chez nous » est une ode à la pluralité de l’identité qui fait partie de ces jeunes griffes que l’on doit garder à l’oeil

200